Accueil du site > Présentation de l’amicale > PORTRAITS COLLECTIONNEUR > Victor BOUYER... "brickostampaphile"

Victor Bouyer : la passion brique

JPEG - 112.3 ko

Originaire de la commune du Fuilet (Maine-et-Loire), Victor Bouyer a passé toute sa jeunesse dans l’ambiance de l’argile. Il est descendant d’une lignée d’ouvriers briquetiers, tuiliers ou potiers depuis le XVIe siècle.

- « Lorsque j’ai acheté ma maison familiale à Chemillé, j’ai trouvé de nombreuses briques marquées au nom de plusieurs fabricants. Aussi lors de mes retours au Fuilet j’ai continué à chercher dans les vieilles granges des ateliers. J’ai pu ainsi sauver quelques spécimens de briques. J’ai poursuivi ma quête sur l’ensemble des Mauges. Je recherche principalement les briques dont les ateliers étaient situés en Anjou. Aujourd’hui la plupart de ces ateliers ont disparu ».

JPEG - 468.3 ko
Le Fuilet
JPEG - 351.1 ko
Le Fuilet
JPEG - 448.9 ko
Vihiers

- Les collectionneurs de ces briques estampillées sont certainement peu nombreux en France. Un peu plus d’une centaine. Ils portent un nom : Les brickostampaphiles. « Ma collection de briques est modeste par rapport à un collectionneur Parisien avec qui j’ai fait des échanges. Il doit en avoir plus de 2 000 différentes.

- La mienne se compose de 120 briques marquées du Maine-et-Loire et d’une centaine d’autres sur les départements limitrophes.

JPEG - 452.3 ko
Joué
JPEG - 526 ko
Maulévrier
JPEG - 486.8 ko
La Chapelle Rousselin

- Ma motivation est axée vers la connaissance de l’histoire de ces briques marquées. Elles font partie de notre histoire contemporaine, liées à l’industrialisation de la briqueterie au XIXe siècle.
- Lorsque je trouve une brique je démarre une enquête dans les archives départementales ou communales, je recherche si des photos ou cartes postales existent. Et le plus important ont été les rencontres avec les descendants de briquetiers.
- Je cherche à constituer un dossier complet avec les dates du premier atelier, des briquetiers successifs, l’évolution de la mécanisation jusqu’à l’arrêt ».

- Nous pouvons dégager trois mouvements dans l’histoire de la brique marquée : . Il y a eu les premières briques artisanales entièrement faites à la main par des femmes comme le suggèrent les traces de doigts sur la face de la brique. . La seconde période débute avec l’industrialisation vers 1870. Les briques sont fabriquées avec des moules puis ensuite pressées pour éliminer un maximum d’humidité. Une opération qui s’effectue avec la presse à rebattre où l’artisan indique parfois son nom. . La troisième période date de l’après Guerre 14-18 où les femmes ont repris ou laissé les ateliers.

- La brique est vraiment un produit complet : C’est la terre, l’élément de base, c’est l’eau qui sert à la malaxer, puis l’air pour la sécher et enfin le feu qui permet de cuire.

JPEG - 393.4 ko
Le Fuilet
JPEG - 342.1 ko
Vihiers
Le Fuilet
Le Fuilet
Le Fuilet
Le Fuilet
Vihiers
Vihiers
Joué
Joué
Maulévrier
Maulévrier
La Chapelle Rousselin
La Chapelle Rousselin
Le Fuilet
Le Fuilet
Vihiers
Vihiers