Accueil du site > Salon des collectionneurs > Salon du 14 octobre 2007 > La Maison pointue

Quartier Saint-Pierre :

la Maison pointue a été démolie

C’est un pan du patrimoine de Chemillé qui n’est plus. La Maison pointue située à l’angle de la rue Nationale et de la rue de Valbourg vient d’être démolie.

Délaissée depuis de nombreuses années et devenue propriété de la ville de Chemillé, elle menaçait de s’écrouler. Rachetée aux alentours de 800 € aux Domaines en 2001, c’est lors de sa réunion d’octobre 2003 que le conseil municipal s’est préoccupé du problème de solidité et de sécurité du bâtiment vieux de près de 150 ans.

La remise en état pour en faire des logements avait un coût de 450 000 €, la raser pour y aménager un square a aussi été envisagé.

Début décembre 2006, à la suite d’une décision du conseil prise le 11 septembre précédent, les engins des démolisseurs sont entrés en action.

C’était en quelque sorte la balise d’arrivée à Chemillé, avec une qualité architecturale non négligeable, pour les voyageurs arrivant de la direction d’Angers

Construite vers 1857 par un menuisier

Sur l’ancien cadastre de 1827, le terrain (sans maison) appartenait à Michel Cesbron, ancien maire de Saint-Pierre et industriel au moulin du Pont. C’était l’un des rares biens qui n’ont pas été vendus après la faillite déclarée lors du jugement de l’affaire Cesbron le 22 juillet 1829.

Jean Ouvrard devient propriétaire du terrain en 1855 pour y construire entre 1855 et 1859 sa maison servant également d’auberge (côté rue Nationale), avec un atelier de menuiserie au rez-de-chaussée (côté rue de Valbourg). De nouvelles constructions agrandissant la propriété surviennent vers 1865-1866.

Ensuite c’est une succession de réaménagements, démolitions, agrandissements qui vont se succéder durant 40 ans.

Un dénommé Chollet en devient propriétaire en 1878. Il est dit cabaretier-aubergiste dans les recensements de la population. En 1883 il procède à quelques démolitions ainsi qu’à des constructions nouvelles. Et depuis 1890 rien n’a bougé, pas de démolition lors des plans d’alignement du quartier.

Henri Cailleau agriculteur et chiffonnier achète les biens en 1899 pour les louer à diverses familles. Lui et sa famille résident dans la rue du Côteau où se trouve son exploitation agricole. Ils ne viendront s’y établir qu’en 1926, l’ancienne menuiserie servant d’écurie pour ses bêtes.

Sa veuve y réside encore en 1954 et le sieur Lizée y vend du poisson dans la partie haute.

La Maison Pointue Chemillé
La Maison Pointue Chemillé