Accueil du site > Présentation de l’amicale > PORTRAITS COLLECTIONNEUR > Robert ROCHARD & les moulins à café

Les moulins à café de Robert Rochard

Robert Rochard, membre de l’Amicale depuis sa création, est un infatigable chercheur d’outils rappelant les métiers et traditions d’autrefois. Parmi ses objets soigneusement alignés et rangés, Robert possède plus d’une centaine de moulins à café.

JPEG - 832.6 ko

- Certains ont fait de longues carrières sur les genoux de nos grands-mères, d’autres étaient fixés au mur de la cuisine ou boulonnés sur le comptoir des épiceries d’antan.

- « Mon premier achat de moulin à café remonte à plus de vingt ans lors de la brocante de Durtal. C’est un modèle Peugeot fabriqué à Valentigney dans le Doubs. J’ai trouvé cela beau comme objet de décoration sur les meubles. Mais depuis ma collection a augmenté et j’en possède de toutes les grandeurs et de nombreuses marques. Petit à petit j’ai appris à les reconnaître, à les différencier grâce à des revues et aussi par d’autres collectionneurs rencontrés au fil des salons ».

- Robert fait ses trouvailles dans les vide greniers et parfois il lui arrive de faire un seul moulin en récupérant les pièces de plusieurs. Car il faut qu’ils soient complets et en état de fonctionnement. « La plaque du fabricant permet de retrouver la date approximative de sa fabrication grâce à la documentation des catalogues spécialisés ».

- « Je possède trois moulins à café de comptoirs, mais il en existe différents modèles de grandeurs différentes.

JPEG - 686.2 ko
JPEG - 52.7 ko

- Tout ça dépendait de l’importance de la boutique. Je me souviens qu’étant gamin, j’allais à l’épicerie Crestin à Chemillé pour tourner la manivelle du moulin ».

Mais il faut prendre son temps pour les trouver car les prix varient entre les vendeurs. S’il faut compter 50 € en moyenne pour un beau modèle, il est possible d’en trouver à beaucoup moins cher. Certains modèles rares ou en faïence se négocient plusieurs centaines d’€uros.

Petite histoire du moulin à café

… Si l’Orient découvre le café au XVe siècle, la France devra attendre la seconde moitié du XVIIe siècle pour le déguster.

… Ce sont les Turcs qui, au XVIIe siècle mettent au point les premiers moulins à café, qui ne vont se populariser que 200 ans plus tard.

… Les moulins fabriqués en série par les industries prennent le pas sur des modèles parfois uniques conçus de manière artisanale. C’est Peugeot qui domine la fabrication jusqu’en 1960, mais on trouve aussi les marques Coulaux, Goldenberg et Mutzig-Framont. Ils vont mettre l’accent sur la forme cubique du moulin fait en bois de noyer ou de hêtre.

… Le moulin à café va ensuite entrer dans toutes les maisons, devenant un accessoire indispensable. Il existe même des moulins portables à manivelle démontable que l’on peut emporter en voyage. Les premiers moulins muraux sont lancés par Peugeot après la guerre de 1914-1918.

Dans leurs boutiques les épiciers s’équipent en moulins de comptoir, des modèles massifs permettant de moudre une grosse quantité de café en une seule fois.

Les moulins classiques et ceux de comptoir vont disparaître entre 1950 et 1960, victimes du succès des modèles électriques qui, eux-mêmes deviendront obsolètes lorsque les fabricants vendront du café moulu.