Accueil du site > Salon des collectionneurs > Salon du 08 octobre 2017 > COMPTE-RENDU & PHOTOS SALON 2017

« 27e » Salon des collectionneurs dimanche 8 octobre 2017

- Le salon se prépare longtemps à l’avance… … Dès la fin de 2016, lors d’une réunion mensuelle il a été décidé de choisir le « thème du bistrot » pour les expositions centrales.

- Puis ce sont les réservations de salles, de matériel, les autorisations.

- Dès le mois de mai Jacqueline procède à l’envoi postal des fiches d’inscriptions pour les professionnels et les particuliers… …Jean-Pierre se charge d’envoyer par mail ces mêmes documents aux personnes qui ont donné leur adresse Internet. Il faut aussi penser à contacter des collectionneurs extérieurs intéressés pour présenter leur collection sur le thème choisi.

- Dans les mois et semaines qui précèdent les adhérents se chargent de faire la promotion du salon en distribuant flyers et affiches.

- Il ne faut pas non plus oublier de passer les commandes pour les plateaux repas, l’approvisionnement du bar et les sandwiches. C’est l’affaire de Robert, Jacqueline, Noëlle et Ghislaine.

- Le vendredi précédant le salon c’est plusieurs tours qu’il faut faire entre le local et la salle de l’Avault afin de transporter tout le matériel nécessaire aux expositions. Un matériel qu’il faudra remettre en place le dimanche soir.

- Le samedi chacun trouve sa place pour aligner les tables en suivant les consignes de Bébert… … Jean-Pierre, Victor et d’autres se chargent de présenter les expositions dans les panneaux, complétées par celles prêtées par le club philatélique de Cholet.

JPEG - 537.7 ko
JPEG - 507.2 ko

. Pendant ce temps on s’active sur le podium pour mettre en place les expositions et habiller les mannequins… Blandine, Christiane, Marie-Jo reçoivent les coups de main des épouses des collectionneurs.

. Aux alentours de 17 heures, tout est fini, les objets les plus fragiles ou précieux sont en sécurité dans les vitrines. Il est temps de penser à prendre des forces au bar qui a été installé.

. Puis une équipe part poser des flèches de direction en ville. . Au retour les premiers exposants commencent à s’installer. Dominique et Daniel préparent leurs duvets pour rester de permanence pendant la nuit.

Les pichets de Vincent Raballand, picariophile

Dans le cadre du Salon des collectionneurs de Chemillé, Vincent Raballand a présenté une partie de sa collection de pichets en forme de tonneau.

Rencontre :

Qui êtes-vous ?

« J’ai 52 ans et je suis chauffeur d’engins au Conseil Departemental de Loire Atlantique. J’habite à Bouaye en banlieue Nantaise .Je suis Picariophile (collectionneur de pichets) depuis 1995 et j’en possède à ce jour un peu plus de 500 ».

Vos débuts ?

« Le virus à commencé quand nous avons racheté la maison de mes grands parents, dans la cave se trouvait deux pichets et un cendrier publicitaire d’un marchand de vins de Rezé, près de Nantes. Comme j’ai toujours eu un faible pour les publicités, quelles qu’elles soient du fait de leur support et de leurs couleurs, tape à l’œil. Je me suis intéressé à ces pichets quand je me suis aperçu que l’on pouvait en trouver d’autres dans les vides greniers et autres brocantes ». Des formes ? « Il en existe des jaunes et des blancs. Aucun n’étant signé, il est difficile de les dater, hormis ceux ou la publicité fait état d’une date. Soit 1937 pour le plus ancien et 1979 le plus récent en sachant que dans les livres, on les donne autour des années 1950 ».

JPEG - 869.1 ko
JPEG - 326.9 ko

Mais aussi ?

« Je collectionne aussi les cendriers publicitaires et quelques objets en rapport avec le Muscadet. Ce n’est pas facile de se limiter quand on à le virus de la collection surtout qu’après, il faut exposer et montrer ses collections et cela entre quatre et huit fois par an. A chaque fois, il faut compter 2 h 30 d’installation et presque autant à ramasser. Il y a aussi les trajets, en sachant qu’on peut se déplacer à plusieurs centaines de kilomètres de chez nous ».

Cette année le thème des expositions portait sur le bistrot. Une ambiance bistrot a été mise en place sur le podium avec la reconstitution d’une salle de café avec de nombreux objets et réclames de l’époque : bouteilles siphon, tire-bouchons, moulins à café, tapis de cartes publicitaires….

JPEG

Les premiers visiteurs sont arrivés dès 9 heures. Les membres de l’amicale étaient à leur poste pour accueillir exposants et chineurs. Une soixantaine de stands de professionnels et amateurs présentaient des objets variés pour la vente ou des échanges : cartes postales, timbres, monnaies, pin’s, fèves et bien d’autres documents anciens. Certains exposants sont venus de très loin : Verdun, La Roche-sur-Yon, Blois, Mayenne, Bretagne…

JPEG - 64.5 ko

Au moment de l’inauguration officielle, le président et les membres de l’Amicale ont accueilli les élus de Chemillé-en-Anjou : Christophe Dilé, Lionel Cottenceau ainsi que Hervé Martin, conseiller départemental. La fréquentation a été meilleure qu’en 2016, aussi bien le matin que l’après-midi.

LE RITUEL DE L’ABSINTHE :

JPEG - 344.9 ko

Pour consommer de l’absinthe, il vous faut un verre à absinthe, une cuiller à absinthe, un sucre et de l’eau fraîche. Première étape, servir un peu d’absinthe au fond du verre. On place ensuite la cuillère sur le verre, avec un sucre ou un demi-sucre sur celle-ci. Vient alors le moment de verser, goutte à goutte, l’eau fraîche sur le sucre. L’absinthe se brouille petit à petit en libérant tous ses arômes. Une fois le sucre dissout, on doit avoir environ 4 volumes d’eau pour un volume d’absinthe. Il reste à mélanger, pas trop longtemps surtout, et c’est prêt.

Puis dès 18 heures il faut débarrasser puis ranger. A 19 h 30 la salle était vide, le matériel du club retrouvait son local et chacun a pû fêter cette 27ème édition autour de la table.

HISTOIRE DES BISTROTS A CHEMILLÉ

En 1856, année du premier comptage officiel par la Préfecture, il y avait 86 cafés et bistrots à Chemillé (pour 4700 habitants) et 72 dans les dix autres communes du canton.

JPEG - 861.8 ko
JPEG - 112.7 ko
JPEG - 376.2 ko
JPEG - 360.5 ko
JPEG - 630.2 ko
JPEG - 895.8 ko
JPEG - 773.7 ko
JPEG - 632.8 ko