Accueil du site > Salon des collectionneurs > Salon du 10 octobre 2010 > Articles de presse

20e salon des collectionneurs dimanche 10 octobre à Chemillé

JPEG - 47.4 ko
JPEG - 58.6 ko
JPEG - 67.1 ko
JPEG - 55.6 ko
JPEG - 95.1 ko

Depuis plusieurs mois, les membres de l’Amicale des collectionneurs se sont retrouvés afin de mettre au point les derniers préparatifs du Salon des Collectionneurs du dimanche 10 octobre. « Nous avons fêté la 20e édition et comme thème d’exposition nous avions choisi la musique et la chanson. Une journée festive où le public a pu revivre au travers de documents et objets anciens l’histoire des musiques et fanfares de Chemillé et de sa région. Presque toutes les petites communes avaient leur clique qui sortait à de nombreuses occasions afin de mettre la gaieté dans les rues » annoncent les organisateurs. L’école de musique a participé elle aussi à la journée, en prêtant ancien matériel et tenues de sortie. Comme chaque année un invité d’honneur a présenté une collection en relation avec le thème. Cette année c’est un Angevin, Lucien Vaillant qui exposait une quarantaine de vieux phonos avec les disques correspondants et tout le petit matériel nécessaire. Il s’est fait un plaisir de répondre aux nombreuses questions des visiteurs. Toute la journée plus de 60 exposants professionnels ou particuliers ont proposé une multitude d’objets de collections allant du timbre-poste aux vieux papiers en passant par les pièces de monnaie et autres fèves ou étiquettes de fromage. Trois cartes postales ont été éditées à cette occasion. Elles représentent la musique de Chemillé en 1993, un concert du Chœur de l’Hyrôme devant le retable de l’église de la Chapelle-Rousselin et la fanfare de Valanjou dans les rues de Chemillé lors de la Fête de la musique de juin 2010.

Miss Anjou au 20e salon

JPEG - 37.7 ko

Chemilloise de naissance, Élise Denis a été élue Miss Anjou au début de l’année. Elle est aussi musicienne et toute la journée de dimanche elle a bien voulu être présente au 20e Salon des collectionneurs dont le thème d’exposition portait sur la musique et les chansons. Au stand de l’amicale ce sont de nombreuses signatures qu’elle a laissées sur les cartes postales éditées pour le Salon. « C’est incroyable, de nombreux Chemillois sont venus me saluer et nous avons pu échanger quelques instants sur ce qui m’est arrivé depuis mon élection. J’ai bien apprécié tous ces contacts ». Elle a pu retrouver lors de la visite les photos d’anciens musiciens de Chemillé et aussi, en compagnie des Gitans de la Tourlandry se faire expliquer leur aventure. Après avoir remporté la Coupe de la joie à Annecy en 1959, le groupe de chanteurs a continué à chanter en donnant des galas. Un succès qui se poursuit encore et le public pouvait découvrir leur parcours grâce aux panneaux explicatifs agrémentés de photos. Coupe, disques et CD du groupe étaient également présentés dans des vitrines.

Un air d’autrefois avec les vieux phonos de Lucien Vaillant

JPEG - 49.4 ko
JPEG - 55.2 ko
JPEG - 54.4 ko

Lucien Vaillant, retraité de la fonction publique collectionne les phonographes depuis plus trente ans. Il est venu de Saint-Saturnin-sur-Loire avec son épouse pour présenter ses plus beaux spécimens à l’occasion du 20e Salon des collectionneurs qui s’est tenu salle de l’Avault, dimanche 10 octobre. Les expositions portaient sur le thème de la musique et de la chanson. « Tout a démarré en 1978 lorsque j’ai récupéré un vieux disque 78 tours en cire. Il me fallait l’appareil pour l’écouter. Ensuite, c’est avec mon épouse Marie-Jeanne que nous avons fouiné dans les brocantes et vide-greniers. J’en possède plus d’une cinquantaine en état de marche et des dizaines d’autres sur lesquels je récupère les pièces afin de réparer et restaurer. À côté, 5 000 disques font revivre les musiques d’une autre époque » explique-t-il. À Chemillé il a apporté une partie de sa collection présentée sur le podium et le couple était à la disposition du public afin d’expliquer l’évolution de ce matériel. Il était possible d’admirer et aussi par moments d’entendre fonctionner plusieurs phonos. Des petits bijoux, rutilants et délicatement entretenus faisant partie de leur impressionnante collection. « Le plus gros est celui à pavillon, mais je présente aussi des appareils de voyage, plus petits, des appareils qui ont plus d’un siècle et qui ont disparu dans les années 50 avec l’arrivée de l’électrophone. J’apporte aussi un vieux phono cylindre de 1899 et de nombreux autres objets. Ma collection complète représente environ le poids d’une tonne car les disques sont faits d’une feuille de zinc recouverte de cire. Pas très léger. Mais je n’amène qu’une partie ». Lors de l’inauguration, les élus et officiels emmenés par Michèle David, adjointe à la culture ont pu se faire expliquer l’histoire de cet ancêtre de nos lecteurs de CD. Il est aussi intarissable sur l’histoire de cet appareil et se plaît à transmettre sa passion lors de multiples expositions. Dans les vitrines d’autres phonos, mais beaucoup plus petits. Des appareils de voyage d’un Angevin passionné, Michel Chevrotin. Des phonos que l’on transportait au gré des déplacements.