Accueil du site > Salon des collectionneurs > Salon du 09 octobre 2011 > 21e Salon des collectionneurs

De nombreux poudriers d’Yvan Fischer

JPEG

A l’occasion du 21e Salon des collectionneurs qui a fait honneur à la collection au féminin, Yvan Fischer est venu de Longué pour présenter des centaines de poudriers différents. Cet ancien boulanger à la retraite a débuté un peu par hasard sa collection en 1998. « Depuis j’en ai réuni plus de mille différents. la plupart représentent un boitier plat dans lequel s’insèrent la poudre et le miroir sous le couvercle. Il en existe de toute forme et en tout matériau. Mais ce qui m’amuse le plus, c’est de découvrir des poudriers détournés qui prennent l’apparence d’objets usuels tels que livres, montres de gousset ou encore roulettes de casino. j’ai un modèle des années 1920 qui renferme un tube de rouge à lèvres » explique ce collectionneur infatigable sur le sujet. Dès qu’il le peut il fouine les brocantes et vide-greniers. A Chemillé il va présenter des modèles publicitaires, des souvenirs de grandes villes touristiques ou de simples modèles. « J’ai un poudrier musical et un autre servant d’étui à cigarette avec briquet incorporé. le plus ancien à plus d’un siècle. Ils sont tous plus beaux les uns que les autres et dans des styles très différents ». Un moyen comme un autre d’attirer les femmes sur son stand pour expliquer sa chouette collection.

Yvan Fischer, l’incollable pulvipyxiphile

JPEG JPEG

Dimanche 9 octobre, Yvan Fischer est venu de Longué pour présenter, avec son épouse une partie de son étonnante collection de poudriers anciens et modernes de toutes formes. « Le collectionneur de poudriers et boîtes à poudre anciens répond au doux nom barbare de pulvipyxiphile. Ancien boulanger à la retraite, j’ai réuni moins de quinze ans plus de 1 000 poudriers que je présente dans les différents salons de la région ». Mais l’homme ne fait pas que de présenter. Dimanche à Chemillé il a passé la journée entière autour de ses tables à renseigner les visiteurs avides d’informations. Et il est intarissable sur le sujet. « La plupart de mes objets se compose d’un boîtier plat dans lequel s’insèrent la poudre et le miroir sous le couvercle et cela en matériaux différents. Mais ce qui m’amuse le plus ce sont les poudriers détournés, ceux qui prennent la forme de livres, d’appareils photo, de montre de gousset. Un modèle en laiton des années 1920 héberge dans son corps un tube de rouge à lèvres ». Dans une autre partie de son étalage, Yvan vient de rejoindre un groupe intriqué par des variantes de poudriers. « On appelle ceux-là les minaudières. Ce sont de véritables kits de maquillage express qui trouvent leur place dans le sac à main. À la petite boîte de poudre, s’ajoute le rouge à lèvres. À l’arrière, en ouvrant, c’est une mini-trousse de manucure qui apparaît ». Yvan est à l’affût de tout nouveau modèle lui permettant d’augmenter sa collection. Il compte sur ses amis et surtout sur les journées passées dans les vide-greniers à la recherche de la pièce rare. Dimanche dernier son stand a connu un véritable succès.

La passion d’Anny Gauthier pour les chapeaux

JPEG

Blanchisseuse d’art, Anny Gauthier est aussi collectionneuse de tout ce qui concerne la tenue vestimentaire. Le 9 octobre une partie de ses milliers de pièces a été exposée lors du Salon des collectionneurs salle de l’Avault. « De 1984 à nos jours, ma collection s’est étoffée de pièces diverses dont des bonnets de baptêmes, des robes, des coiffes et de nombreux chapeaux. Des pièces que je me dois de remettre en état, pièce par pièce afin de les faire renaître par respect aux généreux donateurs et à leurs aïeux ». A Chemillé Anny-Gauthier-Vaslin a apporté de nombreux modèles de chapeaux et coiffes allant de la fin du XIXe à nos jours. Des pièces rares qu’elle s’est fait un plaisir de faire découvrir aux visiteurs avec de nombreuses explications à l’appui. Car elle est intarissable sur le sujet. « A ma façon, je veux rendre hommage aux épouses, mères et grands-mères. A leur travail et à leur élégance. Je présente 200 à 300 chapeaux, des pièces rares, voire uniques. Je ne présente jamais la même exposition » avoue la spécialiste qui tient boutique à la Verrie en Vendée. Avis aux amateurs qui l’ont déjà rencontrée dans d’autres manifestations.

La femme s’expose pour le 21e Salon des collectionneurs

JPEG

Dimanche 9 octobre, l’Amicale des collectionneurs de la région de Chemillé a organisé son 21e salon salle de l’Avault. Pour les membres de l’amicale la manifestation a débuté bien en amont pour que tout soit prêt au jour J. Ce sont les inscriptions pour les exposants qui ont démarré courant mai. Des habitués, fidèles depuis la première édition qui viennent chaque année proposer leurs nouveautés aux chineurs venus de tout le Grand ouest. Vendredi et surtout samedi les amicalistes ont aligné plusieurs centaines de tables. D’autres mettaient en place les expositions sur le thème « La collection au féminin ». Vitrines, panneaux et stands ont été préparés avec beaucoup de soin. Devant le podium de magnifiques chapeaux de toutes les époques côtoyaient les poudriers aux formes et origines très étonnantes. Mais la présentation la plus remarquée a été celle mise en place sur le podium par la chemilloise Evelyne Gaultier, créatrice de mode avec de nombreuses tenues uniques. « Nous accueillons plus de 70 exposants dans tous les domaines de la collection. Une manifestation qui ne prend pas de rides grâce au travail de toute une équipe soudée qui ne ménage pas son temps pour présenter, sur une seule journée, le fruit d’un long travail de recherche et de contacts. Samedi après-midi nous étions une bonne trentaine à œuvrer. Chacun et chacune à son poste avait son rôle à jouer » fait remarquer Victor Bouyer, président de l’Amicale.

2500 mordus dans les allées du Salon des collectionneurs

JPEG JPEG JPEG

Dimanche le Salon des collectionneurs a connu un nouveau succès, d’autant plus que cette année les organisateurs avaient voulu y apporter quelques changements en invitant des spécialistes de tout ce qui concerne la femme, thème retenu. C’était tout d’abord Evelyne Gautlier, créatrice de mode à Chemillé et à l’origine des défilés lors de la foire-expo avec Élise Denis, Miss Anjou 2010. « Sur le podium j’ai voulu présenter les dernières créations de tenues de cérémonie pour hommes et enfants. Des ensembles variés et très colorés que j’ai créés dans mon atelier depuis quelques années. Toute la journée de dimanche j’ai pu répondre aux nombreuses questions des visiteurs sur ces fabrications entièrement faites à la main ». Devant les tenues, des centaines de chapeaux et coiffures présentés par Fanny Gauthier, une spécialiste venue de la Verrie en Vendée. « Depuis 1984, ma collection s’est agrandie avec des dons et des acquisitions. Je remets en état les plus abîmés et je les présente dans différentes manifestations. Parmi les 300 pièces que j’ai apportées à Chemillé, il y a le chapeau que portait Michèle Morgan en 1938. Elle jouait aux côtés de Jean Gabin dans le film Quai des Brumes ». Plus de 2500 visiteurs ont ainsi défilé du matin jusqu’au soir dans les allées. Certains recherchaient les pièces manquant à leur collection, d’autres étant venus pour découvrir ces trésors présentés par ces deux spécialistes de la mode féminine.

La généalogie, une nouveauté au salon

JPEG

Une nouveauté cette année pour la 21e édition du Salon des collectionneurs qui va se dérouler dimanche 9 octobre salle de l’Avault. Les responsables ont invité deux clubs généalogiques angevins. Ce sera donc la présence de l’Association généalogique de l’Anjou (AGENA) et de la Société des lettres et arts de Cholet. « Celles et ceux qui collectionnent leurs ancêtres pourront après avoir fouiné dans les boites et caisses des professionnels proposant des objets d’un autre temps, se renseigner auprès des membres de nos deux sociétés. Nous sommes au service de nos 700 adhérents de France et de l’Etranger qui cherchent leurs racines dans notre département en mettant à leur disposition bases de données, revues, conseils, entraide. Cette base de données de 2,7 millions d’actes relevés à partir des registres paroissiaux et d’état civil sera à la disposition des généalogistes et des personnes qui désirent se lancer dans des recherches passionnantes. Un conseil, penser à apporter vos premiers travaux » soulignent les responsables des associations de généalogie. On y trouvera aussi des expositions de collection sur le thème de la collection au féminin.